ACTU PROJET [Climat] La vie de châtelain, version partagée et rurale

user.username La Région Occitanie, dans Environnement Climat, le 2 juin 2021 0 commentaire

Chateau (3).jpg

Le domaine de Montfranc et son parc de 1,5 hectares invitent à la connexion à l’essentiel.  

Afin d’enrayer le déclin démographique, la commune d’Arvieu s’est lancée dans une série d’initiatives dynamiques et éthiques. Le concept d’habitat partagé dans un château au cadre bucolique enchanteur s’inscrit dans cette démarche de transition sociale et écologique.

Une redécouverte. Le jour où Benoît Montels a visité le château d’Arvieu, il a eu le sentiment de poser pour la première fois les pieds dans cette commune de l’Aveyron. Et pourtant, originaire du coin, il participait plus jeune aux fêtes estivales du village du haut plateau du Lévézou, bordé par le lac du Pareloup. « Lorsque l’on est au centre-ville, on ne voit pas le domaine – dit de Montfranc -situé à quelques centaines de mètres. Il est caché par de grands arbres centenaires ». Alors quant à penser en acquérir la propriété…

C’est pourtant le cas depuis que l’ingénieur en bâtiment de formation a projeté, avec toute une équipe de bonnes volontés, d’en faire un laboratoire rural de la transition écologique et sociale. Les enjeux énergie-climat, ça le connait. « J’y ai voué mes études et mon travail à Paris à la Défense, avant de décider d’un retour aux sources ». De prendre le train en marche. Il le reconnaît. Car Arvieu bénéficie d’une dynamique à laquelle son concept d’habitat partagé vient se greffer.

Créer des services en milieu reculé en préservant la ruralité

En effet, depuis 2014, municipalité, associations, entreprises, commerces et particuliers s’investissent pour enrayer le déclin démographique des lieux où vivent 800 habitants. Et ce dans le respect de l’environnement, dans une démarche écoresponsable. Le but est d’attirer de nouveaux habitants, de les convaincre que les territoires reculés ont autant d’atouts que les villes. De créer des services et de l’emploi à cette fin tout en préservant l’écrin naturel et l’esprit rural.

« Un certain nombre d’initiatives a ainsi vu le jour. Le Jardin d’Arvieu en fait partie », observe Benoît Montels. La structure est un tiers-lieu villageois, une zone d’activités, de résidences et de formations, où l’espace travail est partagé par les particuliers et les entreprises. « Le faire et vivre ensemble est aussi la philosophie que notre association ‘’Bienvenue en transition’’ veut impulser à travers le château, laboratoire de co-living ».

Le château est doté d’un parc de 1,5 hectares, d’une maison de maitre de 650 m2 et de 300 m2 de dépendance. De nombreux frais ont été engagés pour rafraichir l’ensemble, aménager les combles, refaire les sanitaires, les parties communes, installer un poêle à bois… tout en préservant le caractère patrimonial de la demeure.

Répondre, par la même occasion, au manque de logements

« Sans l’aide financière de la Région, par le biais des Budgets participatifs, tout aurait été bien plus compliqué à mettre en route. Nous aurions dû emprunter plus pour arriver à nos fins », admet Benoît Montels. « Participer à cette aventure citoyenne nous a fait réaliser combien les gens d’ici étaient derrière nous. Ils ont voté pour nous et demandaient régulièrement des nouvelles sur l’avancée de l’opération. C’est un vrai projet de territoire ».

Le château permet de répondre à un manque de logements et d’espaces cultivables. Et de tenter l’expérience de la vie rurale, en se reconnectant à l’essentiel et à la nature. Un temps. Ou pour toujours. « Quitter la ville pour la campagne, c’est compliqué. Beaucoup le souhaitent mais une fois sur place, ce n’est plus pareil. Le château offre la possibilité d’expérimenter cette vie ». Avant de pourquoi pas la pérenniser en prenant définitivement la clé des champs.

https://lechateau.arvieu.fr/

Lauréat du budget participatif Climat en février 2020 pour un montant de 150 000 €.