Vos aspirations sont les nôtres

Inscrivez-vous pour recevoir l'actualité sur cette démarche participative !

Les groupes de travail et ateliers, auxquels se sont volontairement associés agents et élu·e·s, ont permis de retirer la substantifique moelle de vos préoccupations et de vos aspirations. Tout a été élaboré de façon méthodique pour ne rien omettre. Les ateliers menés par les agents ont fait émerger sept thématiques/problématiques ainsi que des sous-catégories propres à chacun des thèmes listés.

Alors quels sont les sept thèmes qui vous ont mobilisé ?

Les trois premiers, ceux qui sont revenus avec récurrence dans nos conversations, sont :

Quatre autres thématiques se sont dégagées de l’analyse de vos formulaires.

  • L’emploi/la formation/l’économie ;
  • L’aménagement/la ruralité
  • La culture/le sport/la vie associative
  • La démocratie/la citoyenneté et la gouvernance.

Pour organiser cette approche innovante de l'action publique, nous avons élaboré et adopté une Charte de la citoyenneté active dont chacun peut se saisir. Notre objectif, plus que jamais et de se doter d'outils efficaces pour co-construire la démocratie locale et territoriale du XXIe siècle.

Nous avons consacré la même énergie, un pareil investissement, à élaborer des réponses pour chacune de ces problématiques. Ce travail a un double objectif : déboucher une feuille de route, faite de décisions concrètes et opérationnelles pour changer les choses au bénéfice de la région tout entière.

 

Les contributions des citoyens, recueillies lors de "La Région est à vous", ont permis la co-construction du rapport

"Occitanie 2040 : un nouveau modèle de développement durable et de justice sociale"

 

Comment rendre compte des décisions des élus ?

Les citoyens, qui ont accepté de donner leurs coordonnées lors des rencontres sur le terrain, reçoivent des informations sur les suites de la démarche :

 

Schéma calendaire de la démarche "la Région est à vous"

Mobilisés pour la mobilité

La thématique "mobilité" a soulevé toutes une série de questionnements sur les TER, les transports en zones rurales, les dispositifs pour se rendre au travail, la place des liaisons douces...

Ces sous-catégories sont essentielles pour répondre au mieux à chaque point. Elles ont permis d’aller droit au but, ont facilité le travail collectif en ateliers des élu·e·s, auxquels se sont joints les agents des services généraux pour apporter leur compétence et éclairage.

 

Jean-Luc Gibelin, vice-président aux Transports en Région Occitanie, en parle avec vous.

« J’ai 26 ans et j’habite Pont-Saint-Esprit. Sans véhicule, c’est très compliqué. Les transports liO sont bien mais ce n’est pas suffisant. J’ai étudié à Nîmes, c’était une vraie galère pour se déplacer ».

Un(e) habitant(e) du Gard

Etes-vous surpris par l’engouement autour de la mobilité ?

Jean-Luc Gibelin : La question des transports revient régulièrement au cœur des discussions de nos concitoyens lorsque l’on prend le temps de les écouter. Et cela n’a rien d’étonnant dans une Région aussi vaste, attractive et diversifiée que la nôtre, avec treize départements, des zones urbaines en pleine expansion, des territoires ruraux qui évoluent. On l’a déjà constaté en 2018 lors des Etats généraux du Rail. Nous avons recueilli les difficultés que les gens rencontrent et leurs remarques pertinentes pour résoudre les problématiques qui se posent. La mobilité est très importante car elle est en connexion avec des domaines qui le sont tout autant : le travail, l’école, les loisirs. Entre autres.

« Il faudrait mettre en place un meilleur système de navettes autour des petits villages. Pourquoi ne pas envisager un "petit train" qui mènerait sur les marchés ? C’est ce qui est fait à Foix et ce serait un exemple à prendre ».

Un(e) habitant(e) d’Ariège

 

Peut-on apporter des solutions à tout ?

Jean-Luc Gibelin : Dans la mesure des possibles. Notre travail, à présent, est de confirmer et de développer les dispositifs qui fonctionnent, d’adapter les propositions les plus inclusives et solidaires pour un territoire plus égalitaire. La formulation et la mise en œuvre de ces actions prendront du temps. Mais c’est satisfaisant de voir les volontés de nos concitoyens s’articuler progressivement.

 « Je suis usager, comme plusieurs membres de ma famille, de la ligne Toulouse - Latour-de-Carol et plusieurs choses doivent être faites pour améliorer les déplacements au quotidien :  amplitude horaire plus importante (de 6 h à minuit), nouvelles haltes, plus de fret... ».

Un habitant de la Haute-Garonne

 

Actualités 2

Participants 0 Inviter