ACTU PROJET [Mer et littoral] La tête dans les balises

user.username La Région Occitanie, dans Mer, le 13 janvier 2022 0 commentaire

Sirènes 02 - Emmanuel Layani.jpg

crédit : Emmanuel Layani

A Port-Vendres, d’imposantes balises sensibilisent à la mer. Par leur hublot, les oreilles sont irriguées de sons marins. Embarquement garanti vers l’imaginaire. 

Balise rouge à bâbord. Balise verte à tribord. On ne voit qu’elles quand on foule le sol de Port-Vendres dans les Pyrénées-Orientales. Jadis, les deux imposantes structures métalliques étaient plongées dans l’eau pour donner la direction aux bateaux, avertir des dangers, comme le font les panneaux de circulation sur les routes. Réaménagées, elles sont enracinées sur le quai Joly de la station du littoral catalan. Pour une autre vie. Toujours au service de la mer.

L’idée de leur implantation sur terre vient de Karwan, association dont le siège est à Marseille et qui dispose d’une antenne à Banyuls-sur-Mer. La structure développe des projets territoriaux originaux et artistiques autour de la préservation de la planète. On lui doit le festival Pignon sur mer qui interroge sur les ressources et les dangers de la Méditerranée.

e065d06f65eac9e0957abc3d42a262c7dd33e1f4.jpeg

crédit : Emmanuel Layani

L’arrivée des balises à Port-Vendres

Des chambres d’écoute, caisses de résonnance

Les balises de Port-Vendres ont le même objectif. Sous l’appellation de La convocation des sirènes, l’idée est partie d’en faire des caisses de résonnance. « Elles sont sculpturales, un peu comme les Nanas de Niki de Saint-Phalle », souligne Anne Guyot de Karwan. Chacune culmine à cinq mètres et pèse quatre tonnes. « Le centre Phares et balises de Méditerranée à Marseille nous les a cédées gracieusement ».

Grâce à l’aide des Budgets participatifs de la Région Occitanie, elles ont pu être repensées par les ateliers Sud Side et l’association Ho7, scénographiées par Franck Fortecoef. Elles font à présent fonction de chambres d’écoute. Sont autonomes grâce aux panneaux photovoltaïques placés à leur sommet. Le passant tenté s’en approche. Glisse sa tête dans le hublot sécurisé prévu à cet effet et là s’immerge, les oreilles irriguées des sons d’animaux marins, du ressac, des tempêtes…

Un chant des sirènes pacifiste

La matière sonore première a été traitée par l’Institut Chorus basé à Grenoble puis réinterprétée par les artistes Pom Bouvier-b et Julie Rousse. Elle happe l’attention de celui qui la reçoit dans ses tympans, tel un chant de sirènes pacifique. Pas de celles qui voulaient attirer Ulysse et ses compagnons de voyage vers une fin certaine mais de celles qui ouvrent les yeux sur la magnificence de la mer, la nécessité de la protéger.

Les retours sur cette immersion sont enthousiastes depuis juin 2021, mois d’installation des balises. Le projet a fédéré de nombreux partenaires comme le parc naturel marin du golfe du Lion ou encore l’observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer. Karwan espère développer le concept de la Convocation des Sirènes dans d’autres ports de Méditerranée. Idéalement dans les Bouches-du-Rhône, en Grèce et au Maroc.

Pour visiter le site de l’association Karwan, cliquez ici.

Lauréat du budget participatif Mer et Littoral en octobre 2020 pour un montant de 45 000 €

45551d4cbcfcbb2df6c3164184616b2f6b50804c.jpeg

crédit : Emmanuel Layani